Passer au contenu principal
Centre intégré universitaire
de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

DRSP - Pouvoir d'agir des communautés locales

  • Information générale
  • Statistiques
  • Programmes et interventions
  • Documentation

Information générale

Le pouvoir d’agir des communautés locales est la capacité des communautés à prendre en charge leur développement, c’est-à-dire la capacité de se développer selon leurs aspirations. La notion de communauté locale réfère à un territoire d’appartenance, plus précisément « à un système social structuré de personnes vivant à l’intérieur d’un espace géographique précis. Les personnes qui y vivent ont une interaction sociale et partagent, entre elles et avec le lieu qu’elles habitent, certaines valeurs communes et des liens psychologiques démontrant ainsi une certaine conscience de leur identité comme communauté ». (PNSP, mise à jour 2008)

Pour la région de Montréal, ces territoires d’appartenance correspondent généralement à ceux des tables de concertation en développement social local appelées Tables de quartier. Il en existe une trentaine sur l’île de Montréal. Chaque communauté locale comprend différentes instances de concertation et divers acteurs, dont certains peuvent avoir un rayon d’intervention qui dépasse le territoire local (citoyens, groupes vulnérables, organismes communautaires, arrondissement, CIUSSS et autres institutions, organismes du secteur privé, etc.). 

Consulter la carte des Tables de quartier par territoire des CIUSSS

Le pouvoir d’agir d'une communauté locale consiste en sa capacité :

  • d’analyser les enjeux ou questions qui la préoccupent;
  • d’identifier des solutions et de prioriser celles qui répondent le mieux à ses besoins;
  • d’agir pour atteindre les résultats escomptés.
    (Adaptation du modèle de Communagir, 2015)

Vidéo sur les Tables de quartier

Ce pouvoir d’agir s’exerce dans divers lieux de concertation, notamment au sein des Tables de quartier et des tables thématiques (ex. : petite enfance, jeunesse, sécurité alimentaire, etc.). Celles-ci rassemblent différents acteurs, dont les organismes communautaires qui sont très actifs au sein des concertations, afin d’améliorer la qualité de vie des citoyens. Elles développent des projets collectifs agissant sur les déterminants sociaux de la santé. Ces derniers constituent les principales causes des inégalités sociales de santé.

Ces déterminants sont :

  • les conditions de vie (ex. : revenu, emploi, éducation, sécurité alimentaire, logement, etc.);
  • les milieux de vie (milieux familial, de garde, scolaire, d’hébergement, etc.);
  • l’environnement physique (ex. : aménagement, transport, etc.);
  • l’environnement social (ex. : soutien social, cohésion sociale, etc.);
  • l’accessibilité des services (organisation, accessibilité, acceptabilité, etc.).

Les interventions de la DRSP et des CIUSSS, effectuées en collaboration avec différents partenaires, visent donc à renforcer la capacité des communautés à produire un impact sur les déterminants sociaux de la santé et sur l’ensemble des états de santé qui en découlent (ex. : développement global des tout-petits, problèmes de santé mentale, diabète, maladies cardiovasculaires, etc.).

Pour plus d’information :

Statistiques

Quelques statistiques pour Montréal relativement à des déterminants sociaux et des disparités existant entre les territoires des communautés locales, des CIUSSS/CSSS/CLSC ou des arrondissements.

Défavorisation
En 2011, les Montréalais sont proportionnellement plus nombreux à vivre dans un milieu défavorisé socialement (36,5 %) que les autres Québécois (19,8 %).
Près de trois Montréalais sur dix sont défavorisés à la fois socialement et matériellement.

Dernière mise à jour: 2024-05-17